/// Google+

mercredi 25 décembre 2013

Chambres à louer à Buckingham (Gatineau) ::: Rooms for rent in Buckingham (Gatineau) ::: J.RIVARD /// RE/MAX DIRECT INC.


CHAMBRES À LOUÉS À PARTIR DE 1000$/MOIS
 (TOUT INCLUS)

ROOMS TO RENT STARTING FROM 1000$/MONTH (ALL-INCLUDED)

 + CHAUFFÉ // HEATED

+ ÉCLAIRÉ // LIGHTED

+ CABLÉ // CABLED (TV)

+ DÉNEIGÉ // SNOW PLOWED

+ TROIS (3) REPAS PAR JOUR // THREE (3) MEALS PER DAY


Jonathan Rivard
Courtier immobilier international RE/MAX
RE/MAX International Realtor
819.923.3779
remaxrivard@gmail.com

vendredi 13 décembre 2013

Lettre de M. Lépine au ministre via M.J.Rivard /// L'Action pour investisseurs

Délai de 3 mois pour l'expulsion d'un locataire!
Projet de Loi 28

M. Le ministre,

Dans un premier temps, permettez-moi de me présenter. Mon nom est Jacques
Lépine, président-fondateur du Club d'investisseurs immobiliers du Québec
Inc.. Je me fais le porte-parole de l'organisation qui regroupe 15 000
investisseurs immobiliers qui sont, pour la grande majorité, de petits
investisseurs et d'autres qui sont en voie d'acheter leur premier
immeuble.

La raison de mon intervention, tout comme d'autres organismes l'ont
certainement déjà fait, est de vous démontrer notre opposition  au
niveau de votre projet de loi 28 qui accorderait un délai de 90 jours pour
expulser un locataire suite à un jugement de la Régie du logement pour non paiement de loyer.

Je me demande quels arguments vos conseillers ont en tête pour
justifier une telle loi.

Vous n'êtes certainement pas sans savoir que, lorsqu'un propriétaire
s'adresse à la Régie du logement pour non paiement du loyer, le locataire
est déjà en retard sur le paiement de son loyer pour un minimum de 1 mois.
(parfois deux ou trois mois). À cela s'ajoutent les délais d'audition, de
la décision et du délai d'appel. En additionnant tous ces délais, nous
arrivons, règle générale, à un minimum de trois mois et souvent même
quatre ou cinq mois.

À cela, votre projet de loi voudrait ajouter un autre délai de trois mois
pour expulsion que je qualifie d'irréaliste.

Le propriétaire lui, doit continuer à payer son hypothèque de même que
toutes ses dépenses d'opération. Même s'il obtient un jugement favorable,
ce même jugement devient, dans une grande majorité des cas, inexécutable
car lorsqu'un locataire est rendu à ce point, vous n'êtes certainement pas
sans vous douter, qu'il est à toute fin pratique, insolvable.

Je veux bien comprendre que vous cherchiez à protéger les consommateurs
mais ne trouvez-vous pas qu'il y aurait une injustice destructrice contre
les petits propriétaires immobiliers ? Ces gens qui travaillent d'arrache
pied et qui prennent des risques financiers pour réussir à se construire
un patrimoine dont le but principal est de pouvoir se payer une retraite
minimale, car vous êtes en mesure de constater comme ministre que le modèle
économique ne tient plus la route avec tous ces fonds de pensions
déficitaires, ainsi que la régie des rentes qui sera elle-même en déficit
d'ici quelques années.

Vous n'êtes certainement pas sans savoir non plus que la majorité des
investisseurs immobiliers ne détiennent que deux ou trois logements mais
que ce sont eux qui possèdent le plus de logements lorsque additionnés
ensemble.

Alors comment peut-on vous conseiller de présenter une telle loi matraque
qui aurait des conséquences destructrice pour tous ces investisseurs ?

Comme investisseur immobilier moi-même, combien d'heures de travail, de
risques financiers, de sacrifices de temps avec ma famille ai-je consacrés
afin de me construire quelque chose qu'aucun gouvernement ne pourra me
donner? Combien d'heures de tracas à me demander comment je ferais pour
arriver à garder mes immeubles lorsqu'un ou plusieurs locataires ne me
payaient pas leurs loyers?

Seul un autre investisseur immobilier peut comprendre notre quotidien. Je
doute fortement que ceux qui sont à vous assister dans l'élaboration d'une
telle loi sont des investisseurs immobiliers. S'ils l'étaient, jamais au
grand jamais, ils n'oseraient même pas imaginer que quelqu'un proposerait
une telle loi.

Comme citoyen normal de votre comté, comme investisseur, comme enseignant
en immobilier, comme coach et mentor en immobilier, j'ai beau chercher
dans tout mon bagage de connaissances, j'ai beau regarder cela froidement
et en toute logique, je n'arrive toujours pas à comprendre???

Toutefois, une longue série de questions me vient à l'esprit: Où s'en
va le Québec avec de telles lois? Qui va continuer à payer les taxes et
les impôts pour continuer à soutenir les programmes gouvernementaux qui
sont très louables dans la majorité des cas? Qui élit et élira les
députés et ministres? Etc etc etc..

Les politiciens font-ils passer des lois pour se faire réélire ou pour
apporter un bon support aux citoyens? Sont-ils là pour créer injustices et
désintéressement à quelques entrepreneurs? Sont-ils là pour ne créer
qu'une seule classe de contribuables?

Je m'arrête là pour ne pas tomber dans un délire et les insultes mais
croyez-moi, M. le Ministre, s'il y a quelqu'un qui connaît le quotidien du
petit investisseur, c'est bien moi  pour avoir enseigné et présenté des
séminaires à plus de 12 000 de ces personnes.

En terminant, je vous remercie de prendre le temps de me lire et de
prendre aussi en considération mes revendications pour et au nom de 15 000
investisseurs immobiliers du Québec.

Note: Si vous êtes d'accord avec moi, transférez ce message à tous vos contacts et partagez sur votre Facebook

Jacques Lépine
Président
Club d'investisseurs immobiliers du Québec